Depuis ma dernière visite en février 2009, je devais rendre à nouveau visite à Francis Boulard.
Profitant d’être  sur Amiens entre les deux fêtes, je proposais à l’ami Bruno de faire un saut jusqu’à Cauroy Les Hermonville.
Fut dit, fut fait, nous nous annonçons à Francis, qui mis un message sur son blog annonçant les prochaines visites. Devinant que nous étions les mystérieux visiteurs venant d’Amiens, François pris la balle au bond, nous passerons donc le chercher à Laon.
Nous sommes éco-citoyen, le co-voiturage marche bien, nous sommes à trois dans la voiture, N44 nous voilà…

Nous arrivons donc vers 10h30, après les salutations d’usage, pas de temps à perdre, direction le chai.
Francis nous fait un topo du millésime 2009, des PH bas 3,02 (acidité comparable à 1996) de beaux degrés avec une belle maturité phénolique (11,3° sans chaptalisation), des rendements mesurés, pas de grosse acidité malique, d’ailleurs Francis n’aura pas à utiliser le pied de cuve qu’il a préparé. (quelques explications)
Ce qui donne un millésime avec des acidités type 1996, mais une matière et un fruité que n’avaient pas les 1996 jeunes.
Donc cela pourrait donner un millésime de grandes gardes, mais abordables jeunes.

Pour les Rachais 2009, les fermentations alcooliques ont démarré sous 3 jours, environ 30 hectolitres, certifié par AB.
Les fermentations malo-lactiques sont finies ou presque pour une minorité de barriques (barriques champenoise de 205 litres.

Dégustation sur fûts du millésime 2009 :

DSC_0690

Les Rachais 2009.
Belle fraîcheur, de la tension, sur un fruité mûr, les arômes fermentaires sont encore un peu présent (normal la fermentation malo-lactique vient tout juste de se terminer…)
Cela promet, j’ai hâte de retrouver ce vin en Champagne.

DSC_0696   DSC_0754   DSC_0714

Chardonnay destiné à une cuvée de Blanc de Blanc, parcelle Les Murtet, au nord, limon sur socle calcaire.
Prélevé sur un foudre : Belle tension, sur des arômes frais de pomme grany
Prélevé sur un fûts : Le vin est plus rond, on sent que le contenant est au service du vin. On se dit qu’on le mettrait bien en bouteille tel que… tellement c’est bon, pure.

Chardonnay, Mailly Grand Cru, Les Barraquines, calcaire.
Très racé, élégant, minéral, on sent le calcaire.

DSC_0755   DSC_0742

Pinot Noir, Mailly Grand Cru, Les Poules .
Les petits fruits rouges, une belle acidité, très long.

Pinot Meunier, argilo-calcaire, La Neuville.
1er nez fruits exotique, en bouche le vin est suave, finale sur de beaux amers nobles.

Mince, il est déjà presque 12h15…
Pas de temps à perdre, nous avons quelques Champagne à déguster, direction la salle de dégustation.
Francis nous a préparé une belle série, les vins sont servis par paire.

DSC_0688

etiquette_brut_reserveRéserve Brut, base 2006, Pinot Meunier 70 %, Pinot Noir 30% :
1er nez, note de foins, à l’aération un beau fruité mûr.
En bouche, une attaque sur une bulle fine, bel équilibre, une finale sur la coquille d’huîtres. B+

Réserve Brut, base 2007, Pinot Meunier 70 %, Pinot Noir 30% :
Le nez est frais, sur un beau fruit.
En bouche, le vin est encore un peu sur la retenue, le dégorgement est récent.
Le profil est très agréable, une belle tension. Ce vin a un beau potentiel, j’ai aimé, je lui laisserai quelques mois avant de le déguster à nouveau. TB
Et hop 6 en cave…



etiquette_mailly2Grand Cru Mailly-Champagne Nature, base 2006, Pinot Noir 90%, Chardonnay 10% :

1er nez la fraîcheur, une pointe minérale, à l’aération fruits secs, très élégant.
En bouche, une belle attaque sur une bulle fine, le milieu de bouche se développe sur une belle matière mûre, une fine acidité tend la finale, c’est très long. TB+
Et re-hop, 6 en cave…

Grand Cru Mailly-Champagne, base 2006, Pinot Noir 90%, Chardonnay 10% :
1er nez moins frais que le Nature, à l’aération plus fruits secs.
La bouche est moins tendue, plus confortable, la finale moins tendue. TB



etiquette_blancdeblancsBlanc de Blancs Nature, base 2007, 100% Chardonnay :

1er nez très fruit blanc, floral, à l’aération une pointe d’agrumes.
En bouche l’attaque est franche, nette sur une belle bulle fine. Un vin très élégant, racé, vineux.
La finale est très longue sur des notes agrumes. TB+
Et re-re-hop, 6 en cave…

Blanc de Blancs, base 2007, 100% Chardonnay :
1er nez fruits blancs, agrumes, moins racé.
En bouche, l’attaque sur une belle bulle fine, le vin est plus rond.
La finale est assez tendue, sur une belle acidité citronnée. TB



Brut Millésimé 2004, 50% Chardonnay,  30% Pinot Noir,  20% Pinto Meunier :

Dégorgé le 15/07/09.
Le nez n’est pas en place, il se livre difficilement…
En bouche, une belle attaque, toujours une bulle fine. Le vin se développe sur une belle matière mûre. Le vin demande à vieillir. La finale est minérale, très longue… A attendre, le TB+ pour son potentiel.
Et re-re-re-hop, 3 en cave, vous me direz, seulement 3, hé oui, il faut faire des arbitrages pour le budget…

etiquette_petraea2Petraea XCVII – MMV :

1er nez fruits secs, figues, épices.
La bouche est crémeuse, complexe, sur une belle matière, les fruits, les épices.
La finale est très longue… Excellent.
Et re-re-re-re-hop, 3 petites iront conforter le stock.



Puis, vint un exercice très intéressant, mais pas facile, déguster des essais de dosage…  pas sur n’importe quelle cuvée, sur Les Rachais 2005…
Francis est impatient de connaître notre  approche, il nous fait part de son stress de soumettre chaque fois son travail à la critique. Hé oui, tout juste auréolé de belles notes dans un classement de la RVF.
Il se remet en question, pour nous faire un Rachais 2005 d’exception.

etiquette_rachais2

Les Rachais 2005, non-dosé :
1er nez très Chardonnay, minéral, le gaz est un peu présent (dégorgé tout récemment).
A l’aération, le nez se précise, superbe, une note anisée, une pointe mellifère.
Bouche, dès l’attaque une belle tension, une belle matière mûre qui joue avec l’acidité.
La finale est très longue, sur de beaux amers, une pointe d’oranges amères. Superbe pour un vin si jeune…

Les Rachais 2005 dosé à 3 g/l :
1er nez, pareil que pour le non-dosé, le gaz est un peu en avant, l’aération lui fera grand bien.
Sur ce faible dosage, on a une impression de plus grosse puissance au nez.
En bouche, il faut relativiser, mais une attaque moins précise, un milieu de bouche un peu plus large.
Par contre, la finale a le même profil.

Au moment de donner son avis, le verdict est sans appel, je vote non-dosé, pour son côté plus tranchant, plus vineux, mais de suite François qui est un grand connaisseur de la Champagne, tempère mon enthousiasme, il pense que l’équilibre se fera plus facile sur le dosé…
Il a certainement raison, mais dieu que c’était bon le non-dosé…
Donc rendez-vous au printemps pour connaître le verdict de Francis, d’ici là il aura tout loisir de trembler en attendant de présenter son nouveau millésime à la presse.

L’heure étant déjà bien avancée, Francis nous a prévu un repas. Enfin quand je dis Francis, c’est plutôt son épouse Jeanne qui nous a préparé une tarte aux maroilles qui se verra accompagné d’un beau Champagne la cuvée Prestige Tradition (seule cuvée sans malo chez Boulard). La tarte est somptueuse, d’ailleurs il n’en restera pas (c’est un réfractaire au fromage qui vous le dit…), l’accord est parfait. Suivi d’un bœuf bourguignon tout aussi bon, accompagné par un Champagne rosé, mais oui, il n’est pas ridicule (rrrhhhaaaa!!!, je n’en avais pas en cave et re-re-re-re-re-hop 3 en cave en version Nature).

Puis apparaît une carafe, une belle robe foncé, dense, cela annonce un vin qui a du corps. Je connais ces arômes, mais un côté mûr, puis frais en bouche me font hésiter…
Francis est content de son coup, il nous a proposé une cuvée Les Echelles de Lisson 2007 d’Iris Rutz-Rudel, donc cabernet sauvignon, cabernet franc, côt, je me disais bien que je connaissais cette gamme d’arômes.
Une belle re-découverte, je vais essayer d’en trouver, c’est délicieux.

Voilà, il est temps de remercier Francis Boulard pour son accueil et la belle journée dégustation qu’il nous a proposé. Nous avons maintenant quelques vins en cave pour passer de bons moments en bonne compagnie. Merci à mes compères du jour Bruno et François.

Laurent

Vendangeoir, Pressoir et Chais :
Jeanne et Francis Boulard
Route Nationale 44
51220 CAUROY LES HERMONVILLE
Tél. (33) 03.26.61.50.54
Fax (33) 03.26.61.54.92
contact@champagne-boulard.fr